Voyage dans le temps au pays de St-Émilion…

[REPORTAGE]

Le 18 septembre dernier avait lieu la fête de la Jurade, la confrérie des vignerons de St-Émilion.

J’ai eu l’honneur d’être invitée, et de découvrir cette tradition séculaire. Ni une des deux, j’ai fait mon sac, et ai sauté dans le TGV pour Libourne , avec un peu d’appréhension (« mais qu’est-ce que c’est que cette secte ? »), et beaucoup de curiosité.

img_4203

La journée commence à 9h pétantes par la messe. Attention, la vraie, celle qui dure 1h30. Bon, on en profite pour se réveiller tranquillement, on regarde à la dérobée les fameux Jurats qui portent tous la tenue officielle – une espèce de toge rouge bordée de blanc – et on vérifie que l’on est dans le ton pour sa propre tenue (« simple », qu’on m’avait dit… Comprenez « simple » comme pour un mariage : robe de soie et talons hauts…).

img_4198

Et hop ! Petit topo explicatif sur l’histoire de cette confrérie.

Puis les membres de la confrérie défilent dans le village (et là tu regrettes amèrement tes talons de 10 cm : St-Émilion ça grimpe, mais surtout c’est PAVÉ) au son des cornemuses (ça, j’ai pas bien compris le lien avec le vin du coin) et le cortège aboutit à l’église monolithe, site classé du village : là, c’est entrée seulement sur invitation. C’est le moment de l’intronisation des nouveaux membres.

img_4213

Ils sont tout mignon, hein ?

Cette années, 9 nouvelles personnes rejoignent les rangs de la Jurades. Pour chacun, un Jurat lit son CV, puis tous prêtent serment, à la fois envers les vins de St-Émilion (les défendre et les promouvoir dans le monde), et envers les autres confrères (devoir d’hospitalité et d’entraide).

Vient ensuite le tour de l’intronisation de tous les nouveaux « amis de la Jurade » : ils ne deviennent pas jurats, mais ils reçoivent une distinction.

Suivant son métier, son parcours, son sexe, on peut devenir « Vigneron d’Honneur et Bourgeois de St-Émilion », « Dame de la Jurade » (#TROPLACLASSE), « Protecteur de la Jurade »…

img_4216

C’est bête, mais j’ai trouvé toute cette cérémonie très émouvante.

Et puis, à écouter les différents parcours des uns des des autres, on voyage (untel a développé l’un des premiers vignobles de Nouvelle-Zélande, un autre a une émission sur le vin au Japon…), on rêve un peu, on s’étonne des vies, des expériences vécues… Bon, ça a quand même duré près de 2h, alors on apprécie aussi quand vient le tour du dernier.

img_4231

Chaque année, il y a des invités d’honneur : pour 2016, c’étaient les comédiens Lorànt Deutsch et Guillaume de Tonquedec, mais aussi l’ambassadeur du Cameroun Samuel Mvondo Ayolo et Janet Healy, la productrice de « Moi moche et méchant » et des « Mignons » (#hystériiiie).

On sort, éblouis par la lumière du jour, et hop ! Re-défilé dans les ruelles, direction cette fois le Cloître des Cordeliers pour un apéritif après toute cette solennité, et enfin, on se retrouve pour un déjeuner officiel, et gargantuesque.

img_4235

Pendant les défilés et au cours du déjeuner, j’entends parler français, bien sûr, mais aussi allemand, anglais… La Jurade ? The place to be !

 

img_4238

Ma foi, c’était fameux. #noteàmoimême #nepasronflerdansletrain

 

 

img_4239

Évidemment, que du vin de St-Émilion au menu. Dont celui de… Pierre Mirande, le vigneron qui m’a convié à cette expérience incroyable ! #felicitations! #millemercis

Entre solennité et cérémonies officielles qui s’enchaînent, la Jurade c’est surtout l’occasion pour tous les vignerons et amoureux du vin de St-Émilion de se retrouver toute une journée, et de célébrer leur passion.

Une belle fiesta, qui mêle Histoire et rencontres, gastronomie et traditions, joie de vivre et transmission de valeurs. Une expérience à vivre, au moins une fois.

P.S. : J’ai une nouvelle ligne sur ma to-do-list : trouver comment me faire cooptée « Dame de la Jurade ». Cette robe rouge m’irait à ravir.


Plus d’informations sur le site officiel de la Jurade.

 

Une question ? Un avis, une remarque sur cet article ? C'est ici !