Devenir juré vin Monoprix Gourmet, ou comment s’incruster à une dégust’… de flotte.

Quand on m’a proposé de passer les épreuves de présélection pour devenir membre du jury vin de Monoprix Gourmetje n’ai pas hésité longtemps. Joueuse je suis.

Pour commencer, une pré-présélection, via un questionnaire en ligne : jusque-là, rien de très difficile : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, disponibilité.

J’avais complètement oublié cette histoire, quand, 10 jours plus tard, j’ai reçu un mail m’informant que j’avais été sélectionnée pour faire les premiers tests. Soyons clairs : je ne savais toujours pas en quoi cela consistait, mais j’étais comme une enfant à qui l’on vient d’annoncer une sortie au parc Astérix. Petit bond, petit bond, cris de joie.

Une semaine plus tard, me voilà donc à 14h30 au Grains Nobles, dans le Vème, le nez bouché et les papilles surexcitées.

Test de sélection Jury Monoprix Gourmet Presentation

Je suis la grande benjamine du groupe, dont la moyenne d’âge oscille plutôt autour des 40 ans.

Devant chacun :

  • un set en papier
  • 3 verres à vin numérotés
  • un gobelet
  • une bouteille d’eau
  • une paille (#whaaaat ???)
  • un crachoir
  • un questionnaire

La séance commence : ambiance feutrée, studieuse – pour ne pas dire compétitive – et surtout chronométrée. Chaque « épreuve » est calibrée, nous avons 1h30, pas une minute de plus. Avec, au programme :

  1. reconnaissance olfactive
  2. reconnaissance de saveur
  3. classement de saveurs acides
  4. classement de saveurs sucrées
  5. classement de saveurs amères
  6. reconnaissance d’arômes par rétro-olfaction (d’où la paille, pour éviter que l’on ne sente par olfaction directe #aaaahhhh)
  7. description détaillée de deux vins, un blanc et un rouge.

Oui car jusque-là, tout ce que nous dégustions était… de l’eau. Aromatisée. Autant vous dire que certains avaient l’air dépités…

Mais super exercice, pour faire travailler ses sens : pas d’influence de couleur ou de texture et, pour les 5 premiers tests, un QCM à réponse unique.

Image

Avant de complexifier, on (ré)apprend donc à identifier une seule senteur, puis une seule saveur et enfin un seul arôme*.

Et de fait, le début fait vraiment office d’échauffement : c’est très facile, les senteurs à reconnaître sont familières et plutôt prononcées. Banane, fraise, réglisse, champignon…

Ça se complique un peu (et ça devient franchement dégueu), quand il s’agit de classer en degré d’amertume ou d’acidité, et ça devient clairement difficile quand il faut trouver nous-mêmes un arôme, sans aucune suggestion préalable.

Alors, quand après 1h10, vient le moment de déguster un vin, on est à la fois soulagés d’arrêter le carnage, et terrorisés. Après avoir autant décortiqué des senteurs, saveurs et arômes, ça paraît presque mission impossible de mettre des mots sur les sensations si complexes que peut réunir un verre de vin…

Test de sélection Jury Monoprix Gourmet Description des vins

Les deux vins dégustés… j’ai su après qu’il s’agissait d’un Minervois et d’un Chardonnay. H.S. or not ?

J’ai adoré passer ce test : aucune idée de ce qu’il en adviendra (nous étions plus de 100 à être présélectionnés, et j’ai cru comprendre que seuls une trentaine deviendraient jurés), mais je me suis bien prise au jeu, et j’ai adoré exercer mes papilles !

Et puis, au moins, j’aurais fait la fabuleuse expérience de l’eau aromatisée au champignon, et ça, pas grand monde peut s’en vanter.


La dégustation, organisée pour Monoprix Gourmet par Bettane&Desseauve avait donc lieu au sein du bar à vin-restaurant, Les Grains Nobles, 8, rue de Boutebrie, à Paris. Une adresse à tester ?


*Petit rappel pour ces trois termes, que l’on considère presque comme synonyme dans le langage courant :

  • senteur = parfum au nez
  • saveur = acide, amer, sucré, en bouche
  • arôme = parfum en bouche

One Response to “Devenir juré vin Monoprix Gourmet, ou comment s’incruster à une dégust’… de flotte.

Une question ? Un avis, une remarque sur cet article ? C'est ici !