Rencontre avec Julien Launois, le fiston et les fûts-balançoires.

[REPORTAGE]
En Champagne, vous avez toute sorte de structures.
Les très grosses maisons (Moët&Chandon, Veuve Clicquot, Pommery, Mumm, Ruinart, pour ne citer qu’elles…), les coopératives, et les vignerons indépendants.
Julien Launois souhaite faire partie de ceux-là. Ceux qui ont 56 métiers en un, qui gèrent tout depuis le plant du pied de vigne jusqu’à l’habillage de la bouteille.

La famille Launois possède 6 hectares, principalement en Côte des Blancs, et est installée au cœur du village classé Grand Cru, Le Mesnil-sur-Oger.
Depuis 1972, son père, Jean-Pierre Launois, travaille avec la coopérative locale, l’Union des Producteurs Récoltants (UPR).
FullSizeRender_2
Après un cursus plus que classique dans la région (lycée viticole, BTS commercial vins et spiritueux, Julien lui annonce qu’il est d’accord pour reprendre l’exploitation… à condition de s’accorder d’abord un an, pour travailler son anglais, et voyager un peu.
Il part alors en Irlande, puis découvre l’Allemagne, l’Autriche et enfin s’envole pour le Mexique; Il sera barman, employé chez un producteur de Sekt bien connu, serveur au Hardrock Café de Munich, et de nouveau barman, sur un bateau de croisière.
 
L’échappée, qui devait durer une année, s’étale sur 9 ans.
Alors, oui, Julien a progressé en anglais. Il parle aussi désormais allemand et espagnol.
Mais il tient sa promesse et revient, pour reprendre les rênes. Cela dit, pour lui, l’ambition est autre. Il veut faire son propre champagne : travailler le goût de ses raisins, créer des cuvées qui lui seront propres, et pas mélangées à celles des centaines autres adhérents de la coopérative.
Mais on ne révolutionne pas une exploitation du jour au lendemain.
Julien commence donc par acheter des locaux plus grands, en 2012, pour y installer les machines nécessaires aux différentes étapes de la vinification, et davantage de bouteilles.
Au passage, il s’équipe d’un pressoir. Gros investissement, mais qui fait toute la différence pour pouvoir devenir totalement indépendant un jour.
La première vendange qu’il pressera lui-même sera en 2015, et ne concerne qu’un hectare, sur les 6 du domaine : étant donné le temps d’élevage du champagne (le « vieillissement sur lies »), ces bouteilles ne seront pas disponibles avant… 2018 !
En attendant cette dégustation, Julien ne chôme pas : petit à petit, il aimerait vinifier lui-même l’ensemble de sa surface viticole, il faut donc progressivement sortir de la coopérative ; il s’est également équipé de fûts, afin de reprendre le travail du bois, de moins en moins courant en Champagne. D’ailleurs, avec ses fûts, il s’amuse : outre qu’il expérimente différents types de brûlages (#àpoint #saignant ?), il a décidé, au vue de la place dont il dispose, de les suspendre, tels des tableaux. C’est esthétique, et puis ça se révélera peut-être intéressant, pour le fameux « batônnage »… Encore des expériences à mener…
FullSizeRender

Dans ces tous nouveaux fûts, Julien n’a mis pour le moment que de la « taille » (les jus de seconde presse), pour les entretenir et « brûler les tanins ». #champagneisart

Et il ne s’arrête pas là : après avoir vadrouillé pendant des années, avec celle qui partage désormais sa vie, ils souhaitaient continuer à rencontrer du monde, et ne pas s’enfermer dans un quotidien très sédentaire…
Facile à dire, moins facile à réaliser quand on devient responsable d’une exploitation en plein renouvellement.
La solution ? Ouvrir des chambres d’hôtes, et accueillir des voyageurs des quatre coins de la planète !
L’occasion aussi de partager la passion du champagne, et de développer encore d’autres projets… du côté de l’oenotourisme, cette fois.
FullSizeRender_1

Sur cette jolie table suspendue, nous dégustons l’expérience de Julien, ce qu’il appelle le « jus de planche ». Nous faisons la comparaison des vins vieillis dans les 3 premiers fûts, du moins au plus brûlé. C’est… spécial.

Julien Launois ? Un nom à suivre, pour les prochaines années… et bientôt un champagne à déguster !
FullSizeRender_3

Julien réalise le dégorgement à la volée pour tous ses millésimes. #çamousse

FullSizeRender_4

L’espace de dégustation ? Sur la terrasse familiale des Launois. #welcome #commealamaison


Le site Internet, pour venir visiter les caves, passer commande ou réserver une chambre : ici.

Une question ? Un avis, une remarque sur cet article ? C'est ici !