La Vallée de la Marne, du champagne et de l’Histoire

[Reportage]

Sur à peine une demi-journée, avec quelques amis à l’énergie débordante et la curiosité quasi-insatiable, nous avons sillonné les alentours de Château-Thierry.

Au cœur de la Vallée de la Marne, cette portion de la Champagne est souvent un peu méconnue des Champenois eux-mêmes, car il y a peu de crus « nobles » dans le secteur. Et pourtant…

Avant-même de parler vignoble, quelques photos illustrant la richesse du patrimoine historique de la région (#unpeudeculture) :

IMG_3311

Le « Château-Thierry Monument », sur la côte 204. Les Etats-Unis et la France, main dans la main (avec l’une un peu plus leader que l’autre…).

IMG_3403

Chemin des Dames, Verdun, le Bois Belleau… des noms tristement célèbres, aux alentours de Château-Thierry.

IMG_3402

Au pied du Bois Belleau, le cimetière américain avec ses 2289 sépultures, et le mémorial.

Après cette entrée en matière historique, nous avons sillonné le vignoble, planté ici majoritairement en Meunier. Les feuilles commençaient à être bien visibles, et les grappes à se dessiner…

IMG_3315

« Meunier », car les feuilles sont comme recouvertes de farine…

IMG_3405

Au détour d’un chemin, nous faisons une rencontre digne de Pagnol. Beaucoup d’émotions, d’authenticité aussi dans cette discussion avec ce vigneron qui se fait appeler « Copinot ».

IMG_3317

Passionné de mécanique et pas dépourvu d’un grand sens de l’humour, Copinot travaille son petit bout de terre comme un acharné. Même s’il nous confesse qu’il n’aurait rien contre « une petite femme », on devine que son mariage, c’est avec ses vignes.

Enfin, nous terminons cette escapade par la visite du domaine Fallet-Dart, une structure familiale comme je les aime, où l’on peut TOUT voir : du pressoir à la cuverie, sans oublier les stocks et la chaîne d’habillage. D’ailleurs, à propos de stock, une anecdote qui exprime bien, je trouve, combien chez Fallet-Dart, on est avant tout vigneron : face à la difficile question de la gestion des stocks, qui ont tendance à augmenter ces dernières années, je pose naïvement la question à Francine, qui nous fait la visite :

« Dans ce cas, pourquoi ne pas ramasser moins de raisins, et produire moins de champagne ? »

« Mais… on ne va pas laisser nos raisins se perdre ! »

Et de se reprendre, illico :

« De toute façon, on est obligé de ramasser les raisins, selon la charte de l’AOC Champagne ».

La première raison, c’est bien celle-ci… Mais ce réflexe, celui de ne pas gâcher le travail accompli dans le vignoble pendant près d’une année, prend le dessus sur la loi. Et c’est tant mieux.

IMG_3401

Le millésime 2008, mon coup de coeur de cette dégustation, et un bébé pupitre : en Champagne, t’apprends à remuer avant de savoir marcher.

Quant à la dégustation qui suit, elle clôt notre journée de façon magistrale. De jolies découvertes, mais surtout le simple bonheur d’être ensemble autour d’une table, à écouter le chef de famille raconter ses histoires préférées (mention spéciale aux pauvres vers de terre aspergés de moutarde^^).

1000 mercis à M., initiatrice de cette journée et photographe officielle, et à Didier Mirault, vigneron ambassadeur de sa région !

IMG_3404

Une rose pour chacune d’entre nous, suite à cette jolie rencontre…


  • Plus d’information sur le site de Belleau ici, et sur le monument américain, .
  • Le Champagne Fallet-Dart, ça vaut le détour, et c’est à seulement 1h de Paris : site Internet et informations ici.

Une question ? Un avis, une remarque sur cet article ? C'est ici !