Au plus proche de l’homme, et du vin… la revue 12°5

[LECTURE]

125-des-rainsins-et-des-hommesAprès de nombreuses rencontres incroyables, et dégustations de haute volée, la rubrique « lecture » est restée un peu en retrait… Il était grand temps d’y remédier, et c’est avec une toute nouvelle publication que je réveille un peu cette partie du blog.

12°5 c’est le jajazine de la revue 180°.

Pour 180° la dimension « cuisine », pour 12°5… le vin.

Si je connaissais le premier, qui existe depuis plusieurs années, je n’avais pour autant jamais franchi la barrière de l’achat.

couv-180c-n1-boutique-bl

À 20€ le magazine (oui, je préfère annoncer la couleur d’emblée), on y réfléchit à deux fois. On n’est pas ici dans l’achat impulsif au kiosque de la gare.

J’adôôôre bien manger, mais avec 180° il m’avait manqué cette petite étincelle face au sommaire pour me dire « allez, je me fais plaisir, j’achète ! ».

Mais quand j’ai découvert 12°5, avec en Une un reportage sur les Terrasses du Larzac (appellation que je prévois d’explorer sous peu) et en slogan « reportages, dégustations, réflexions », mon sang n’a fait qu’un tour. Ces mots, c’est un peu le reflet d’une philosophie que j’essaie de suivre à travers ce blog…

Alors quand en plus je découvre en sommaire qu’il y a une interview de Romuald Cardon (vous savez, cet agent de vigneron dont j’ai esquissé le portrait ICI), je n’hésite plus.

Et, honnêtement, rarement magazine m’aura procuré autant de plaisir.

fullsizerender

J’ai TOUT lu. De l’édito de Philippe Toinard qui explique que « ce qui nous intéresse aujourd’hui, dans un univers où les titres de presse spécialisés en vin ne s’adressent qu’à des amateurs éclairés, c’est de parler des Hommes » (#moiaussiiiiii) aux « blagues à boire » qui concluent l’ouvrage*.

Le plus difficile a été de résister à feuilleter, pour lire dans l’ordre et savourer le plaisir de découvrir ce qui allait suivre en tournant la page avec excitation…

fullsizerenderAlors, oui, je fais sûrement partie des grands piqués du vin, et tout le monde ne manifestera pas le même intérêt à apprendre que Antoine Pétrus (un sommelier distingué à maintes reprises) a travaillé avec le GIGN pour mieux comprendre les demandes et attentes des clients.

N’empêche, j’ai le sentiment que 12°5 peut ravir un public assez large, amateur de bonne chair, de terroirs, de figures humaines passionnées.

fullsizerender

Mais, avant même de découvrir le contenu, finalement, j’ai été séduite par la qualité esthétique de l’objet. Avec ce mook (vous savez, ces revues à la frontière entre le magazine et le book), on a 176 pages (#çapèse) d’un joli papier mat, au graphisme plus que soigné et aux photographies que l’on a envie d’agrandir et d’afficher dans son salon.

fullsizerenderAu fil de ma lecture, un parcours de visites se dessinait dans ma tête… Le Larzac donc, mais aussi le Valais en Suisse (il y a des téléphériques dans les vignes !!!), ou encore le Jura, pour rencontrer ce professeur d’histoire-géo qui mène une double vie depuis qu’il a décidé de devenir aussi vigneron…

fullsizerender

Et puis, point non négligeable, ce n’est pas seulement intéressant et joli, c’est aussi bien écrit. Dans les différents auteurs de ce premier numéro, on a des pointures (pour les connaisseurs, Isabelle Saporta, Sylvie Augereau, Dominique Hutin, Stéphan Lagorge…), mais qui allient humour et vulgarisation pour nous parler d’un vigneron ou nous raconter une recette (quand je vous dis que j’ai TOUT lu, même le déroulé des recettes est jouissif).

Alors, moi que les mots du vin réjouissent et amusent, ici, je suis servie. 

fullsizerender

Rien que le nom des rubrique m’émoustille : Homme de quilles, Jajalogie, Appellation d’origine expliquée, Litres et ratures…

Une très belle découverte, une publication semestrielle que je vais dorénavant attendre avec impatience.

fullsizerender

Et les illustrations sont signées Michel Tolmer, dont je suis une grande fan (#staytuned #portrait).

P.S. : Père Noël si tu m’entends, il y a une formule d’abonnement^^…

P.P.S. : Un petit conseil ? Inscrivez-vous à la newsletter de 180°, vous recevrez chaque semaine de très chouettes recettes, « Les cahiers de Delphine » : c’est écrit avec humour et ça sort de l’ordinaire sans être trop alambiqué ! #jattendslesinvitations #miam


*« Je ne sais plus quoi boire.

– En même temps, le bar ferme.

– Ça répond pas à ma question. »

Une question ? Un avis, une remarque sur cet article ? C'est ici !